En tant que professionnels du milieu de la santé ou de l’éducation, vous pouvez jouer un rôle actif dans la promotion de la consommation d’eau. C’est pourquoi, la Coalition Poids a développé des outils pour vous appuyer dans vos démarches.

N’hésitez pas à les utiliser et les diffuser dans votre réseau.

Professionnels de la santé

L’eau aromatisée, une bonne alternative, mais attention à l’érosion dentaire !

Développé en partenariat avec le Groupe de Recherche et d’Éducation en Hygiène Dentaire (GREHD), cet outil s’adresse aux professionnels de la santé. Il présente les différentes options saines pour aromatiser l’eau sans compromettre la santé dentaire.

Découvrez quelles recettes proposer à vos patients !

Pour en savoir plus >

Enseignant.e.s d’éducation physique et à la santé

Activités pédagogiques sur la saine hydratation

Développées en partenariat avec la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec (FÉÉPEQ), les activités pédagogiques proposées s’adressent aux enseignantes et enseignants d’éducation physique et à la santé. Elles visent à augmenter les connaissances des élèves du primaire sur la saine hydratation dans le cadre du cours d’éducation physique et à la santé.

Les thèmes suivants sont abordés :

  • l’importance de s’hydrater ;
  • les signes de la déshydratation ;
  • la saine hydratation au quotidien et lors de l’activité physique.

Deux activités sont proposées :

FAQ sur le Défi Tchin-tchin

Le Défi Tchin-tchin est une activité de sensibilisation qui encourage les enfants à boire de l’eau pour accompagner le repas du midi. Il vise à normaliser et valoriser la consommation d’eau.

Durant la Semaine canadienne de l’eau, les enfants sont invités à apporter une gourde dans leur boîte à lunch et à trinquer en faisant un « tchin-tchin » collectif le midi. Il s’agit d’apprendre à privilégier l’eau comme accompagnement des repas, dans le cadre d’un événement festif et rassembleur. À l’école, en complément du Défi, deux trousses d’activités qui abordent la saine hydratation sont proposées aux services de garde en milieu scolaire. Un Défi adapté aux services éducatifs à l’enfance et aux camps est également proposé.

Pour en savoir plus sur le raisonnement théorique derrière le Défiet ses composantes, consultez la FAQ ci-dessous.

Pourquoi promouvoir la consommation d’eau ?

Parce qu’elles reposent sur la stimulation du système de la récompense et du plaisir, les interventions positives basées sur les bénéfices d’un comportement désiré seraient plus efficaces pour promouvoir de saines habitudes de vie 1,2. Les sentiments positifs générés par de telles interventions sont aussi susceptibles de renforcer le sentiment d’efficacité personnelle, un élément clé du changement de comportement, selon la théorie de Bandura3. En valorisant la consommation d’eau de façon ludique, le Défi Tchin-tchin a pour objectif que l’eau devienne la boisson principale des enfants. De cette façon, la promotion de l’eau a le potentiel de favoriser une réduction de la consommation d’autres boissons, telles que les boissons sucrées ou les jus.

Sur quelle théorie du changement de comportement est basé le Défi Tchin-tchin ?

Le Défi Tchin-tchin s’appuie sur la théorie sociale cognitive de Bandura. Il s’agit du cadre théorique le plus fréquemment utilisé pour bâtir les interventions de promotion de changement de comportement4. Cette théorie se base sur l’interaction de trois facteurs, soit le comportement, l’environnement et la personne, lors du développement et du fonctionnement psychologique5. L’élément central de cette théorie repose sur le sentiment d’efficacité personnelle. Il s’agit de la croyance de l’individu quant à sa capacité de réaliser une performance particulière6. Le Défi Tchin-tchin agit sur différents leviers de la théorie sociale cognitive, pour mettre en place les conditions favorables afin que la consommation de l’eau soit le premier réflexe pour s’hydrater.

Comment les différents leviers de la théorie sociale cognitive sont exploités ?

  • L’acquisition de nouvelles connaissances est favorisée par le contenu éducatif des deux trousses d’activités. Deux activités pédagogiques sur la saine hydratation, se déroulant dans les cours d’éducation physique et à la santé au primaire, sont également proposées.
  • La mise en place d’environnements favorables à la consommation de l’eau est supportée par la campagne J’ai soif de santé ! Elle contribue à forger des modèles inspirants de la saine hydratation et à modifier l’environnement bâti, pour que l’eau soit plus attrayante et visible pour les enfants.
  • Le sentiment d’efficacité personnelle est renforcé de plusieurs façons :
    - les enfants expérimentent ensemble le succès en accomplissant le Défi Tchin-tchin ;
    - à la clôture du Défi, des certificats de participation personnalisés et un tirage de gourdes soulignent la réussite des élèves.

Pourquoi perpétuer le Défi avec les ambassadeurs Tchin-tchin ?

Le Défi Tchin-tchin se déploie durant la troisième semaine du mois de mars. Il amorce des changements dans le milieu. Certaines données suggèrent qu’il est nécessaire de répéter une intervention sur une période moyenne de deux mois, afin d’adopter un nouveau comportement. Nous invitons les milieux scolaires à poursuivre le Défi sur une base hebdomadaire. Pour ce faire, les ambassadeurs Tchin-tchin permettent de perpétuer le Défi jusqu’à la fin de l’année scolaire. Il suffit de désigner au hasard un élève ambassadeur par classe. Il a la responsabilité de rappeler aux élèves d’apporter leur gourde d’eau la veille du Défi. Il a également pour mission d’encourager les élèves à participer au Défi. À tour de rôle, les élèves deviennent un modèle de la saine hydratation pour leurs pairs. Ils sont donc encore plus enclins à adopter le comportement visé7.

Quels sont les effets du Défi Tchin-tchin ?

Le Défi Tchin-tchin 2018 fera l’objet d’une évaluation, dont les résultats seront communiqués. Lors de la première édition, en 2017, les questionnaires de satisfaction complétés par le personnel éducateur suggère certains changements de norme et de comportement d’hydratation. Des commentaires mentionnaient qu’après le Défi Tchin-tchin, les enfants demandaient de l’eau au cours du repas et les bouteilles d’eau étaient plus présentes dans les boîtes à lunch. Pour en savoir plus >

Quelle est la place des autres boissons lors du Défi Tchin-tchin ?

Le fait d’encourager la présence d’eau dans la boîte à lunch ne devrait pas s’accompagner d’une interdiction d’offrir d’autres boissons. Toutefois, pour accorder une place centrale à l’eau, le « Tchin-tchin » doit se réaliser avec une gourde ou un verre d’eau. Par ailleurs, bien que les autres boissons ne soient pas ciblées par l’intervention, un effet secondaire intéressant peut être observé : en plaçant une gourde d’eau dans la boîte à lunch, la présence des autres boissons est souvent limitée par l’espace disponible.

Quelles sont les recommandations ministérielles pour prévenir les coups de chaleur ?

Les enfants sont plus vulnérables aux effets néfastes de la chaleur accablante, car leur organisme contrôle moins bien les changements de température. C’est pourquoi, en période de chaleur et humidité accablante, les enfants sont encouragés à boire de l’eau aux 20 minutes. Pour en savoir plus, consultez www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/pdf/prevention_chaleur.pdf.


1 Kristel M. Gallagher, John A. Updegraff (2012). Health Message Framing Effects on Attitudes, Intentions, and Behavior: A Meta-analytic Review, Annals of Behavioral Medicine, 43(1), 101–116
2 Sherman, D. K., Mann, T., & Updegraff, J. A. (2006). Approach/Avoidance Motivation, Message Framing, and Health Behavior: Understanding the Congruency Effect. Motivation and Emotion, 30(2), 165–169.
3 Sherman, D. K., Mann, T., & Updegraff, J. A. (2006). Approach/Avoidance Motivation, Message Framing, and Health Behavior: Understanding the Congruency Effect. Motivation and Emotion, 30(2), 165–169.
4 Rolling TE & Hong MY. (2016). The Effect of Social Cognitive Theory-Based Interventions on Dietary Behavior within Children. J Nutrition Health Food Sci 4(5), 1-9.
5,6 Rondier, M. (2004). A. Bandura. Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle. L’orientation scolaire et professionnelle 33(3), 475-476.
7 Lally, P., van Jaarsveld, C. H. M., Potts, H. W. W. & Wardle, J. (2010), How are habits formed: Modelling habit formation in the real world. Eur. J. Soc. Psychol. 40, 998–1009.